Jour 25: Cabañas

Je me promène dans les rues endormies de La Havane ce matin. Je fais la rencontre d’un homme de 68 ans très en forme. Il a déjà travaillé au Canada sur un bateau de pêche. Un sympathique gaillard, je lui donne 1 CUC, car je le voyais fouiller dans les poubelles. Il m’explique que c’est souvent la loi du plus fort à Cuba.

Je déambule dans les rues magnifiques.

Comment trouver le café à Cuba? C’est facile, il faut trouver des gens qui tiennent une petite tasse de café. Pas question de servir le café dans des verres jetables à Cuba. Les tasses sont lavées après chaque utilisation.

J’ai même aperçu la pancarte annonçant la venue prochaine du Bossu de Notre-Dame.

Je déjeune un succulent burger et un petit jus pour 50 cents Cad.

Je prends la route vers 10:00 la circulation est dense pour quitter la ville. J’emprunte une route qui longe la mer par la suite.

J’observe des enfants pratiquer le baseball et le volleyball.

Je mange un autre burger pour dîner, mais ce dernier à un goût plus douteux. La viande est rosée et tirailleuse… J’en laisse la moitié dans mon assiette.

Le paysage est parfois beau et parfois bitumineux.

J’arrive dans un petit village nommé Mariel, j’en profite pour arrêter à la Pochera pour aller voir “el pochero” c’est à dire celui qui répare les pneus. Il me répare deux crevaisons pour 1 Cuc ( 1$ Usd). C’est très économique…

Non! je n’ai pas eu encore des crevaisons depuis la deuxième partie du voyage. C’est simplement des chambres à air qui étaient trouées de l’autre voyage. Au Québec, on ne répare pas, on jette. À Cuba on répare!!! J’adore!!! 

Le paysage commence à changer, les montagnes se pointent à l’horizon.

Je bois un excellent yogourt à 4 Cup ( 20 cents Cad). Il est tellement succulent.

J’arrive enfin à Cabañas un petit village fort sympatique. C’est très petit, j’ai de la chance de me trouver un endroit pour dormir. Je rencontre Carlos qui me dit qu’il a une maison et qu’il loue des chambres. J’ai un petit doute car il attendais l’autobus et qu’il m’a abordé le premier. Habituellement, ces gens sont des rabatteurs qui apportent les touristes dans les chambres à louer et obtiennent une commission de 5 Cuc.

Je demande à Carlos le prix de la chambre avant de me déplacer. Il me dit que c’est 25 CUC. Je lui réponds que je veux payer 20 Cuc. Il me dit pas de problèmes….

Arrivé sur place c’est une situation déjà vue. Le vrai propriétaire de la maison n’est pas trop d’accord avec le prix négocié. Carlos était donc un rabbateur! Il essaie d’avoir sa commission mais la discussion se corce entre les deux. Luis, le vrai proprio, me demande si je veux le petit déjeuner pour 5 Cuc, je lui répond que je préfère manger dans la rue pour presque rien. Il m’offre le repas du soir aussi pour ce prix. J’accepte. Il me demande de payer le 5 Cuc sur le champ, je comprends alors que c’est pour payer la commission à Carlos. Je donne 5 Cuc à Luis, puis ensuite il le donne à Carlos. L’histoire se termine bien…tout le monde aime bien avoir sa part du gâteau.

En parlant de gâteau, il y en a un immense dans l’autre maison juste à côté, car il y a une fête d’enfants.

Voici le parc central. Habituellement il y a une statue dans le centre du parc, mais ici à Cabañas il y a un lampadaire quadruple. Chacun son style!

J’achète des allumettes. J’ai eu de la misère à me faire comprendre.

L’église du village.

La vie de chiens.

J’ai fait 81 km aujourd’hui. 

Regardez ma sortie à vélo sur Strava : https://www.strava.com/activities/1331737637/shareable_images/map_based?hl=fr-FR&v=1514557609

Il fait beau et la vie est belle. Voici mon secret pour ce voyage. Je transforme l’eau en Gatorade avec de la poudre que j’ai achetée au Super C avant de partir pour Cuba. En juillet, je carburais avec 4,5 litres de 7up par jour, car il faisait tellement chaud. Lors de ce voyage je prends minimum un litre de Gatorade,  1,5 litres de 7up et je bois quelques rafraîchissements vendus sur la route.

Il n’y a pas Internet dans le village, n’ayez crainte je suis en vie.

Je prends un bon souper. Du porc, du riz, de la soupe, des patates et des tomates. Cela fait du bien! J’en profite pour nourrir le chien et le chat, ils sont affamés. La vie est difficile. Je pense à Fastou mon chat qui est très bien nourrit à Sherbrooke.

Je passe une belle petite soirée. J’ai sorti mon nouveau masque reçu à noël par mon papa. Il a fait la joie des enfants du quartier.

Une belle soirée avec Luis et sa femme.

Profitons du moment présent.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 24: La Havane la magnifique.

Je me lève vers 6:30 après une bonne nuit. Hier, lorsque j’étais étendu sur la plage, mes cuisses m’ont lancé un message avec de vilaines crampes. J’ai peut-être poussé mon corps trop vite dans de grandes distances. Mon corps doit s’habituer tranquillement.

Je me promène dans les rues de Guanamo et j’aperçois un super spécial sur le porc. J’ai décidé de prendre une photo souvenir. Toujours intéressant de voir cela… Cela démontre l’importance de bien faire cuire la viande avant de la consommer.

Après cette belle petite marche je retourne à ma chambre pour préparer mes bagages et prendre mon petit déjeuner.

Je reprends la route vers la Havane. C’est agréable de rouler avec de la musique plein les oreilles. Tout va bien, la route est belle.

Je fais la découverte d’un stade qui semble déserté.

Le stade est dans un état lamentable, mais des athlètes sont à l’entraînement.

Après cette visite je me dirige vers les fortoresse  et j’aperçois la ville au loin. J’emprunte un petit chemin sur le bord de la mer. C’est génial.

La vue de la ville est magnifique. Dans la baie il y a un tunnel qui permet aux véhicules de se rendre au centre de la ville rapidement. Malheureusement, le tunnel n’est pas accessible aux vélos et aux piétons. Je dois donc faire un grand détour, mais cela ne me dérange pas, car je vais découvrir de nouveaux lieux.

Je visite un musée à ciel ouvert de vestiges de la crise des missiles en octobre 1962 qui impliquait l’ancienne URSS qui avait installé des missiles sur l’île de Cuba pouvant atteindre les principales villes des États-Unis.

Le crise avait duré 13 jours. Le conflit s’est soldé par le retrait des missiles à Cuba en échange des missiles situés en Turquie pointés sur les  villes soviétiques par les américains.

Une crise qui a faillit déclencher la troisième guerre mondiale. 

Je visite ensuite une statue géante de Jesus.

Ensuite une petite pause avec un excellent sandwich au jambon et fromage pour 20 Cup (1$ Cad) et un petit rafraîchissement à 3 Cup (0,15$ Cad)

Je roule et je roule pour rejoindre la Havane et j’en profite pour manger une bonne crème glacée à 3 Cup  (0,15$ Cad). Il fait chaud…

Je me laisse également tenter par un épi de maïs avec du beurre, sel et sauce piquante pour 10 Cup  (0,50$ Cad)

Je décide ensuite de changer de l’argent. J’échange 600$ canadiens.

  • Soit 454 CUC (pesos convertibles)
  • Ou 10 896 Cup (pesos cubains)

Le taux de change est beaucoup plus avantageux que lors de mon premier échange à l’aéroport.

Un petit rappel 1$ Usd = 1 Cuc = 24 Cup

Dans la rue les deux systèmes cohabitent. Pour manger dans la rue les prix sont indiqués en Cup. On trouve facilement des hamburger à 8 cup (0,40$ Cad) dans les rues de la Havane.

Je disais à l’allemand que j’ai rencontré hier que je mangeais souvent des pizzas à 20 Cup ou même parfois 5 Cup. Lui de me répondre qu’il avait payé 22 CUC, il a donc payé sa pizza 26 fois plus chère que la mienne. Il faut choisir le bon resto selon votre budget.

Je vois souvent des logements gigantesques, je me demande combien de milliers de personnes habitent dans ces édifices.

J’arrive enfin dans la Habana Vieja. Les rues sont étroites, la vie est omniprésente, les enfants jouent dans les rues. Les bâtiments coloniaux sont magnifiques et parfois en décrépitude.

Il y a de la construction partout.

Cet échafaudage me fait penser à François Landry.

Je visite la maison natale de José Marti.

Certains immeubles sont impressionnants.

Voici le Capitolio.

La Malecon c’est à la route sur le bord de la mer.

Je revois la forteresse de ce matin, mais cette fois de l’autre coté de la baie.

Voici le début du coucher de soleil.

Je suis très heureux de me promener dans cette magnifique ville.

J’ai une superbe chambre moderne à 25 Cuc.

Voici mon résumé vélo de la journée seulement 49 km de vélo, mais beaucoup de marche dans la ville.

Ce fût la plus belle des journées de cette aventure hivernale.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 23: Guanabo

J’ai passé  une superbe nuit. J’ai dormi onze heure sans aller au petit coin. Est- ce la définition du bonheur? Wow! J’imagine que j’étais fatigué ou ma vessie est guérie…

Bon ok docteur, je vais arrêter de vous parler de ma vessie.

J’ai découvert la vie matinale de Matanzas. C’était frisquet. La température est beaucoup plus fraîche que lors de mon dernier voyage cet été. Un bon petit café à 5 cents pour commencer la journée, quoi de mieux?

Je revois le parc central et je reprends une photo de Marti et de la libération.

Je me promène dans les rues pour trouver quelque chose à manger. Il faut être observateur. Je vois des gens manger des sandwiches, mais je ne trouve pas le vendeur. Je demande aux gens et ils me disent que c’est le gars en moto qui vends cela dans sa chaudière blanche.

Je visite un peu plus loin une jolie église.

L’intérieur est magnifique.

La crèche est d’une vraie beauté.

Je marche et je marche. Je mange les meilleurs Churros de Cuba…miam.

Vers 10:00 je prends la route. C’est une très belle température.

C’est une route très sécuritaire. C’est la via Blanca. Il y a 4 voies. Les paysages sont très beaux.

Je rencontre une petite madame qui marche seule sur la route et je décide de lui donner un chandail Fast123 et un drapeau du Canada. Elle est tellement contente. Ce fût une très belle rencontre. On se dit adieu…

Je passe devant la playa Jibacoa, un lieu suggéré par mes amis de Montréal: Pat et Jo. C’est très beau. Je vais voir le prix des chambres pour une nuit dans un superbe hôtel 4 étoiles, mais c’est tellement cher. Il en coûte 200$ Usd pour une nuit. Je vais laisser faire!!!

Je parle au gardien de l’hôtel et il me suggère un petit endroit beaucoup moins cher, mais je décide de continuer à pédaler vers une autre ville. Voici un petit cadeau pour ce sympathique homme. Un drapeau du Québec.

Par la suite, quelques kilomètres plus loin, je rencontre un allemand qui va passer deux mois en vélo. Il est sympathique et me conseille des endroits à visiter.

Je fais un petit arrêt à la plage, mais je trempe seulement mes pieds. Le vent est suffisant pour me rafraîchir.

J’approche de la Havane et en plus ce panneau me rappelle mon âge.

J’arrive enfin à Guanabo, après avoir pédalé pendant 4 heures et 54 minutes sur une distance de 88 km.

Heureusement que le vent me pousse dans le dos. Je me trouve un petit endroit pour dormir, c’est sur la 472 ième rue. Une suggestion de mon hôte de la veille. J’essaie de négocier le prix, mais c’est impossible, car elle doit payer une commission pour la référence. Elle m’offre néanmoins un vrai bon souper du homard avec du riz. Elle va aussi me faire un déjeuner demain matin. C’est quand même pas cher un déjeuner, une chambre et du homard pour 30 Cuc.

Belle journée remplie.

Je me couche vers 21:00. Mon lit m’appelle!

Buenas Noches

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 22: Matanzas un nouveau départ

Je suis parti ce matin à trois heures du matin en direction de l’aéroport Trudeau. J’ai décidé de ne pas mettre mon vélo dans une boîte cette fois-ci. Il est solidement attaché à plusieurs endroits.

Ma valise est remplie à craquer (22.6 kg). Merci à Andréanne, alias Julie, pour la valise. Comme je voyage très léger durant les deux prochaines semaines, je vais donner cette valise remplie de vêtements au premier cubain que je vais rencontrer en sortant de l’aéroport. 

Je suis très content que Fastou (mon chat) ait bien voulu prendre une petite photo pour mon départ. C’est sympathique de sa part.

Le vol était prévu pour 8:45, mais à cause de la tempête nous  avons décollé à 9:30. Le vol se déroule très bien.

Je récupère mon vélo assez rapidement. Je monte mon vélo rapidement.
Mon vélo a été abîmé dans le transport. La poignée gauche a été tordue. 

Le vélo roule très bien malgré tout. Je peux changer les vitesses, mais pas au complet je suis incapable d’utiliser les vitesses du plateau avant. Je vais tenter de trouver une solution demain.

J’ai donné le contenu de ma valise à un chauffeur de taxi, il était très content.

Je roule environ 25 km en cette première journée. La température est très agréable. 

Je suis présentement à la ville de Matanzas.

J’ai trouvé une belle petite chambre à 20 Cuc, c’est équivalent à 20$ USD.

 Une belle ville coloniale. Voici une statue de Marti qui symbolise la fin de l’esclavage. Regardez la femme qui brise les chaînes.

Je me suis trouvé un petit restaurant. Une bonne pizza au jambon à 20 Cup, soit environ 1$ CAD

C’est incroyable de voir les bâtiments coloniaux encore debout et parfois envahis par la végétation.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Suivre mon Voyage Sur Facebook 

Jour 21: Varadero 2.0

Je peux enfin faire la grâce matinée, je me lève à 7:00 

Varadero possède une plage de 20km, les hôtels de luxes sont situés au bout de l’île. Varadero est un endroit où tout coûte très cher. Je m’ennuie de l’ambiance cubaine et des sandwiches à 25 cents. C’est pour cela je vais explorer la petite ville à l’ouest de Varadero: Santa Martha. Après 2 km de marche je retrouve enfin le vrai Cuba. Je mange un excellent sandwich au porc et un jus de canne à sucre (Guarapo). Je me sens mieux.

Après avoir bien mangé je tente de retrouver Grisel une personne qui m’avait invité à manger de la crème glacée dans sa maison il y a deux ans. Je m’informe et je retrouve sa maison, mais toutes les fenêtres sont fermées. Je vais revenir une autre fois!

Je reviens dans ma chambre qui est très mignonne et très secrète. 

Voir le vidéo: https://youtu.be/COKgiFOVo28

Mon hôte me prépare des repas et je vais lui donner de l’argent à la fin de la semaine.

Un peu après, j’ai finalement trouvé comment les habitants de Varadero pouvaient se nourrir à bas prix!!! Il suffit d’observer!!! J’ai vu un chauffeur d’autobus arrêter son véhicule près des magasins de souvenirs et je l’ai suivi pour voir ce qu’il faisait.

J’ai découvert un gentil monsieur avec sa femme vendre clandestinement des sandwiches et des jus à très bas prix. Hourra! Je suis heureux!!! J’ai déjeuner pour 50 cents!

Je profite enfin de la plage et de l’eau turquoise.

Je vais me reposer encore deux jours, les journées sont longues à la plage!

En soirée, j’enfile ma monture et je repars à la recherche de Grisel et je la trouve enfin. On discute au moins une heure, je lui parle de mon voyage. Elle est très réceptive et gentille. Elle me montre sont grand livre dans lequel j’avais écrit mon nom et mon adresse il y a deux ans. Elle m’a invité à revenir demain pour rencontrer son mari qui est médecin.

Voici la photo avec son mari Angel qui est medecin à la Havane. 

Ils sont entrain de faire de grosses améliorations dans cette maison, mais ils possèdent également une demeure à la Havane.

Au retour, j’assiste au plus beau coucher de soleil depuis très longtemps. C’est un premier coucher de soleil à Varadero pour moi, car les dernières fois j’étais venu en hiver et le soleil ne disparaît pas en faisant un bruit caractéristique lorsqu’il touche l’eau du genre: tiiiiishhh. 

Un coucher de soleil qui restera longtemps gravé dans ma mémoire. Un coucher de soleil entier, pas de nuages. Une boule de feu qui descend et descend lentement. Un spectacle très rare et qui se termine avec une arrivée festive de couleurs. Un coucher de soleil si beau, qu’aucune photo ne pourrait lui rendre justice…désolé!

Voilà! C’est la fin de mon blogue, pour un certain temps, le reste de mon aventure risque d’être très banale, plage, plage et retour à Sherbrooke.

Je tiens à remercier les personnes qui ont suivi mes péripéties!!! Ce fût un voyage très enrichissant et très plaisant à décrire.

À bientôt, pour d’autres aventures…

David Beauchesne

www.Fast123.ca

Jour 20: Varadero

Oui! Vous avez bien lu! Je suis arrivé à Varadero après avoir parcouru 158,7 km aujourd’hui!!! Un record personnel! Je ne peux pas croire que j’ai atteint mon objectif en 20 jours!!!

La journée a débuté à 6:00 du matin, il faisait encore nuit.

J’ai longé la Baie des Cochons jusqu’à Playa Larga. J’étais seul au monde pendant 30 km, car la route se trouve en pleine forêt.

J’arrive assez tôt à Playa Larga, je déjeune le meilleur sandwich au jambon avec oeuf du voyage. Je décide de continuer à rouler jusqu’à Jagüey Grande. La ville est cool, mais je dois trouver de l’argent car il me reste seulement 4,50$. Je trouve une banque, mais il n’y a pas de guichet automatique. Je décide de continuer à rouler, car je n’ai pas envie d’attendre deux heures pour sortir de l’argent. C’est fou comme les choses banales de la vie au Canada peuvent être très difficiles à faire à Cuba.

Pendant que je roule à nouveau je suis arrêté par la mort. N’ayez crainte si j’écris c’est ligne c’est que je suis encore bien vivant!!! J’ai seulement été contraint de m’arrêter un peu pendant qu’un cortège funéraire allait porter le défunt à son dernier repos au cimetière.

Je roule, je roule, je cherche une banque, mais je n’en vois pas. Je vois des villages comme celui-ci qui me rappelle cette chère Isabel, enseignante au Mont Notre-Dame de Sherbrooke.

Je vois d’autres panneaux sur la route qui me donnent espoir d’arriver bientôt.

Je roule, pas de banque! Je n’ai pas d’argent pour me trouver une chambre. Je décide de m’arrêter pour manger Créole, une généreuse assiette de riz, poulet, avocat, fèves et patates. Je suis au paradis pour 2$.

Je remercie les deux excellents cuisiniers.

Ce fût la meilleure nourriture de tout le voyage!

Je roule et je tente de venir en aide à un cubain qui avait rompu sa chaîne de vélo, mais sans succès.

J’arrive à Cardenas, c’est une grosse ville, je vais pouvoir enfin retirer de l’argent!!!

Ben non!!! Impossible d’obtenir de l’argent de la machine maudite!!! Je cherche une autre banque, mais la pluie se pointe le bout du nez. J’attends patiemment à l’abri.

Après la pluie, je trouve un autre guichet!!! Yahoo!!! Mais non!!! Le guichet est encore en panne d’argent! Viva Cuba!!!

Cardenas est une ville spectaculaire.

Un vendeur m’offre gratuitement un morceau de porc, miam!!!

Je poursuis mon chemin vers Varadero. Et vlan, encore la pluie!!!!

Je m’arrête à un autre cimetière et je rencontre Felipe, un sympathique gardien de sécurité. Il m’invite à m’asseoir et me mettre à l’abri.

J’arrive enfin à Varadero après une journée incroyable de 160km. Je me dirige vers un hôtel deux étoiles que j’ai visité deux fois auparavant. Je sais que ce n’est pas la grosse qualité, mais je m’informe du prix!!! Quoi???? 90$ US pour une nuit!!! Je n’en crois pas mes oreilles. En plus, l’hôtel est plein.

Je trouve deux guichets automatiques fonctionnels, je redeviens enfin un consommateur!!! Enfin de l’argent!!!

En sortant de l’hôtel j’explique au portier que l’hôtel est plein. Au même moment une dame me dit de venir visiter sa maison car elle possède une chambre à louer!

Je conclus un marché pour 4 nuits pour 100$ 

Je vais pouvoir enfin me reposer avant de revenir au pays très bientôt!

Dans mon article de demain, je vais mettre des photos et un vidéo de cette magnifique chambre située à 300 mètres de la plage.

Je suis fatigué! Est-ce normal? Je me couche très tôt, demain j’irai explorer…

David Beauchesne

Fast123.ca