Jour 35: Retour à Sherbooke

Je me lève à 6:00 pour me préparer pour faire les 25 derniers kilomètres avec mon magnifique vélo. 

J’ai hâte de voir si mon contact pour acheter mon vélo sera au rendez-vous tel que prévu.

Je profite des derniers rayons de soleil de Cuba.

Je donne mes souliers, mes sandales, mon savon, mon shampoing, bref presque tout mon stock à ce monsieur.

Il est bien occupé à planter ses clous.

Voici mon odomètre presque neuf. J’ai fait au total 834 kilomètres en deux semaines. Lors de mon dernier voyage à Cuba j’avais fait 1757 kilomètres en trois semaines.

Voici l’homme avec qui j’avais rendez-vous pour le vélo. Les deux hommes m’aident à enlever mes pédales à clip spécialement conçues pour mes souliers.

Je donne mes dernières choses à donner aux hommes. Je prépare mes bagages, je suis parti avec 22.6 kg et je reviens avec 3.7 kg.

Tout se passe à merveille. Je passe le contrôle de sécurité aux portes correspondants au jour et au mois de ma naissance.

Le vol n’est pas retardé. Je me paye la traite avec un repas Daniel Vézina à 25$ Cad. C’est délicieux.

Nous filons à une vitesse de 878 km/h.

J’arrive à Montréal à 15:56

C’est la fin de ce blogue de Cuba. Je crois avoir fait le tour du sujet et de l’île…

Merci chers lecteurs de m’avoir lu!

Je vous dit à la prochaine pour un prochain voyage dans un autre lieu.
David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 34: Repos du cycliste

Je franchis les quelques kilomètres qu’il me reste avant d’arriver à Varadero. On peut remarquer  l’exploitation du pétrole tout près de l’océan.

J’arrive enfin à Varadero. Le soleil est bon ce matin.

Je vais dans la petite ville de Santa Marta pour prendre un petit déjeuner.

Ensuite, je vais voir mon amie Grisel, voir jour 22. Malheureusement, elle n’est pas là. Je laisse une carte de Noël surprise sur sa porte…

Je me trouve une chambre chez Amhet. C’est petit, mais c’est parfait. Le soleil est au rendez-vous je vais à la plage. Je dois prendre du temps pour moi. C’est ma première vraie journée de plage depuis deux semaines. L’eau est très agréable, les vagues très fortes. Il vente beaucoup.

Le soleil est chaud, ça fait du bien! Je sais qu’il fait froid au Québec, j’en profite!

Je donne à Amhet des trucs de vélo: lumière avant et arrière, sonette, sacoche bleue pour mettre cellulaire et un chandail Fast123

Il est très sympathique, il m’amène prendre une bière et manger des frites dans le quartier, c’est très généreux de sa part. 

Au retour, je lui donne mon masque afin qu’il puisse le donner à son fils. Amhet travaille fort dans l’industrie du tourisme, il doit recruter des clients pour les amener faire de la plongée. Selon ses dires, il n’est pas riche, mais selon moi il n’est pas pauvre. Cependant, il me dit qu’il mets beaucoup d’énergie dans son travail et cela lui rapporte de l’argent. Il possède une rutilante moto sport de luxe.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 33: Boca de Camarioca

Ce matin, je me lève tôt. Je tente de sortir dans la rue, mais je suis emprisonné. La porte est barrée à trois endroits. Je vais devoir patienter…

J’ai droit à tout un déjeuner ce matin, je suis choyé.

Je pars en vélo en direction de Varadero. Je prends mon temps. Je vois un entraînement de kayak.

Je constate l’état désolant de certaines plages.

Une belle baie.

Un pont magnifique.

Je visite un musée en restauration, il a été endommagé par Irma.

C’est une ancienne forteresse El Morillo protégeant la baie de Matanzas et le fleuve tout près.

Je prends une pause sur le bord de la mer.

Il y a des méduses partout…je crois qu’elles hibernent.

La route est difficile, j’ai le vent dans la figure depuis 4 jours. C’est dur et c’est très froid. La vue de cette pancarte me redonne du courage…

J’ai atteint mon but aujourd’hui. Youppi.

Je vais me trouver une petite chambre bientôt.

Je demande aux gens quels ont été les impacts de l’ouragan Irma. Un homme me montre des photos et des vidéos sur son cellulaire. Voici sa photo

Voici ma photo.

Une partie de la route a été arrachée devant leur domicile.

Ce fût une belle rencontre.

J’ai obtenu un vidéo en le transférant sur mon téléphone.

Je décide d’arrêter dans un petit village nommé Boca de Camarioca pour passer une nuit. Je suis tanné de rouler et on gèle.

Même les chiens ont leurs chandails.

Je me trouve une chambre.

Je vais me promener un peu, je mets tous les vêtements possibles…il fait 14 degrés, mais avec le facteur éolien il doit faire encore plus froid. Cette nuit le mercure va descendre à 8 degrés.

Je mange un petit spag frette.

Je vais me coucher tôt…

J’ai hâte de manger du céleri!!!

J’ai hâte de revenir au Québec!!!

Voici mon parcours à vélo avec le vent dans la face…

Regardez ma sortie à vélo sur Strava : https://www.strava.com/activities/1342526073/shareable_images/map_based?hl=fr-FR&v=1515189434

La vie est froide aussi à Cuba

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 32: Matanzas 2.0

Je me lève très tôt. Je vais observer les rues de la Havane une dernière fois. La prochaine fois que vous irez à Cuba, essayez d’y faire un petit tour. Cette ville est vraiment incroyable.

Je dis adieu à Pépé mon hôte et je me dirige vers le traversier situé à 500 mètres de mon hébergement.

Je me dirige vers Regla, le traversier coûte seulement 1 Cup (5 cents). La traversée dure cinq minutes et elle m’a permis de sauver plusieurs kilomètres à vélo.

Le traversier est presque vide.

C’est une journée très froide. Il pleut et il fait environ 16 degrés. Le genre de journée où je ne ferais pas de vélo habituellement en été au Québec. Oui oui je sais, il a fait moins trente au Québec! Je ne me plaindrai pas! C’est la moins belle journée de tout le voyage. Les gens portent des gants et des tuques.

Néanmoins, c’est inexplicable, je me sens très heureux en vélo. Les premières minutes de chaque journée sont merveilleuses. C’est un sentiment de liberté qui m’envahit…

Vers onze heure, j’arrive à Guanabo. Il fait froid, mais le soleil se pointe un peu.

Je rencontre trois québécois très sympathiques. 

Je vais m’acheter des olives et du 7 up.

J’adore les olives. J’ai mangé tout le contenu du pot en quelques kilomètres.

Je revois Elisabeth, la femme venant de la Nouvelle-Zélande. J’ai appris qu’elle est enseignante au primaire et que présentement ce sont les vacances d’été. Elle est très impressionnante. Je suis en admiration devant sa persévérance.

Je mange un petit pain au jambon et je prends un lait frappé au blé. C’est délicieux!!! Le goût me fait penser au fond d’un bol de céréales.

Ce breuvage se nomme « Batido de trigo »

Le temps est tellement maussade. Je franchis le nombre de kilomètres représentant mon année de naissance.

Aujourd’hui je suis sur la route qui s’appelle Via Blanca. La construction de cette route a débuté en 1945 et fût terminée en 1959. Elle relit la Havane à Varadero.

J’ai par le fait même franchit le plus haut pont de Cuba, le pont de Bacunayagua. Ce dernier culmine à une hauteur de 112 mètres au-dessus de la vallée de Yumuri.

Voici quelques paysages avec la température tristounette.

J’arrive enfin à Matanzas. Hourra! J’approche de ma destination finale. Il me reste environ 50 kilomètres avant d’atteindre Varadero.

J’achète les meilleurs beignes au chocolat du monde.

Je loue une belle chambre dans une demeure coloniale construite en 1852. Le plafond a une hauteur de 6 mètres.

C’est tellement beau! Ma chambre est neuve. Je suis le troisième à l’utiliser. Mon hôtesse se nomme Aida et elle est très sympathique. Je lui donne un drapeau du Québec, elle est tellement contente.

Je trouve à l’épicerie du coin de nombreuses choses. 

Je vois du 123, il ne manque que le Fast.

 J’achète du chocolat de Cuba, des céréales du Mexique, du lait et des Pringles fabriquées aux Usa. Un vrai festin pour ce soir. C’est la première fois en 30 jours que je vois une épicerie avec autant de produits.

J’arriverai bientôt au pays et je vais retrouver l’abondance démesurée de produits dans les épiceries du Québec. 

J’ai hâte de manger! 

Je rencontre deux belges sympathiques.

Voici mon résumé de vélo pour la journée.

Regardez ma sortie à vélo sur Strava : https://www.strava.com/activities/1341220138/shareable_images/map_based?hl=fr-FR&v=1515107940

Voici un petit poème…

Ici à Cuba pendant les vacances

J’ai vécu plein de carences

Là-bas au Canada

Je sais qu’il y en aura pas…

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 31: Havane 3.0

J’ai passé une bonne nuit, ma fièvre est tombée. Je me sens mieux. Aujourd’hui je vais prendre une pause de vélo. 

Je rencontre cette dame ce matin, elle a 71 ans et elle travaille toujours.

Je déjeune sur la terrasse de mon hébergement.

C’est une très belle vue pour prendre un repas.

Aujourd’hui c’est le trois janvier, les écoliers sont de retour sur les bancs d’école. Observez l’uniforme.

Voici une église russe.

Certaines personnes portent le blanc, il s’agit d’une religion, mais je me sais pas laquelle.

Est-ce que c’est la vierge et l’enfant en russe à Cuba?

Toujours très beau cette ville.

Voici les fortifications.

Un chat qui grimpe dans un arbre je pense à Fastou.

Voici la cathédrale de La Havane

Un petit cornet devant le Capitolio.

Belle rencontre avec Yolanda dans un parc. Elle m’a chanté le plus grand succès de Pablo Milanès (la chanson Yolanda). Nous discuté un peu et ensuite elle voulait un peu d’argent, j’ai donné un billet de 10 Cup.

J’ai vu le dynamo que j’utilisais et 1984. Il coûtait 8,50 Cuc. Ouf! Bienvenue la friction.

Voici des gens qui font la file pour accéder à la friperie.

Voici le prix de certains biens essentiels.

Remarquez le savon en haut de la tablette à 6 cup (0,30$ cad) et le dentifrice à 8 cup (0,40$ cad).

Je suis entré dans un magasin Adidas et les souliers de sports étaient 2400 Cup soit 100 Cuc soit 100$ Usd. C’est à dire très cher!

Voici une partie de baseball improvisée dans un parc.

Voici une discussion entre trois femmes sur les balcons.

Petit moment de détente tout près de l’hôtel Nacional. Ce moment est commandité par Fast123.ca

Voici maintenant l’hôtel Nacional. Il me fait penser aux hôtels de Las Vegas. En effet dans les années 1920, durant la prohibition (il était interdit de prendre de l’alcool)  aux États-Unis, La Havane devint une destination de prédilection pour les Américains fortunés. 

Les casinos et discothèques y étaient légions. Durant les années 1930, la Havane était le Las Vegas. Plusieurs hôtels de luxe, des casinos flamboyants et de clubs nocturnes plus rutilants les uns que les autres, tous contrôlés par la mafia américaine avec la bénédiction du dictateur Fulgencio Batista. 

Le grand luxe. J’en ai profité pour prendre une pause devant la piscine en toute illégalité.

Voici le hall d’entrée. Sommes-nous à Cuba?

Je suis allé jusqu’à huitième étage à l’aide de l’ascenseur vintage.

Même Jean Chrétien est passé par ici pour rencontrer  Fidel Castro.

Par la suite, j’ai visité des tunnels tout près de l’hôtel.

La mer est très agitée aujourd’hui.

Deux belles motos…presque neuves.

Un endroit spécial pour les connards?
Voici le prado c’est à dire une large promenade de la Havane.

Après avoir marché pendant six heures dans cette magnifique ville, je retourne à ma nouvelle chambre, celle que j’avais louée lors du jour 24. Cette dernière est vraiment spacieuse puis c’est seulement 25 Cuc.

La vie est belle! N’est-ce pas? Ce fût une belle journée de repos.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 30: Havane 2.0

La journée doit commencer par un bon petit déjeuner, c’est exactement ce que j’ai fait.

La journée est vraiment froide. Il fait 18 degrés, c’est l’hiver ici. Je vais au parc de Candelaria situé à 5km  pour mettre à jour mon site internet. Je vois des gens avec des tuques. Je retourne à ma chambre, un autre 5km avec le vent dans la figure, c’est difficile.

Je prépare mes choses et je me dirige vers les cascades de Soroa, j’espère qu’elles seront belles cette fois-ci. La route est très montagneuse, je sens que ce sera un jour difficile.

Je ne suis pas déçu cette fois.

Il fait trop froid pour se baigner, ce sera pour une prochaine fois. C’est le genre d’endroit que j’aimerais pouvoir fréquenter au Québec.

Je poursuis mon chemin, c’est vraiment difficile. Je dois descendre de mon vélo mon monter les côtes. C’est à cet instant que j’aurais aimé pouvoir changer mes vitesses du plateau avant…

La route est assez monotone, c’est dans la campagne et il n’y a rien, absolument rien.

J’arrive à Las terazas, mais il n’y a rien à voir de spécial.

Je poursuis mon chemin sur une petite route et je découvre un autre lieu avec des petites cascades.

J’en profite pour me baigner un peu, il est midi et c’est plus chaud que ce matin. J’en profite pour manger un peu.

Je rencontre deux français venant de la Bretagne. Ils seront à cuba pour 20 jours. 

Je reprends la route, mais c’est un chemin rocailleux. Je roule environ 15 minutes sur ce raccourci qui mènent à l’autoroute.

Rendu sur l’autoroute je vois que je suis à 55km de la havane. La route est vraiment longue et plate. Je rencontre une dame de la Nouvelle-Zélande, je lui parle un peu et je poursuis mon chemin. 

Après les 55 km promis, je me rends compte qu’il me reste encore 25 km pour arriver dans le quartier de la vieille Havane. Je suis exténué!!! Le temps presse aussi, car il pleut un peu et la nuit va tomber.

Voici le quartier des ambassades…les maisons sont immenses. On dirait que je me promène dans un quartier cosu d’Hollywood.

L’instant d’après je me retrouve dans un décor de walking dead, un quartier tout délabré. C’est la Havane et ses contrastes.

Je passe devant la place de la révolution.

Désolé pour les clichés, mais la nuit approche, il est 18:00. Je dois me trouver un lieu pour passer la nuit.

J’arrive dans le vieux quartier c’est magnifique.

Je retourne sur la rue Merced, l’endroit où j’avais passé une belle nuit. Je cogne à la porte et je parle à Pépé. Malheureusement, les deux chambres sont déjà occupés. Il appelle ses voisins et me dit qu’il y a une chambre de libre. Je vais voir, c’est assez ordinaire. Le prix est de 35 Cuc. Je tente de négocier à 25 Cuc, mais la dame ne veut rien savoir. Je fais mine de m’en aller dans l’espoir qu’elle change d’idée, mais elle préfère ne pas louer sa chambre que de faire 25 Cuc. 

Je marche et je tente de trouver une place. Je sonne à une porte, pas de chambre libre. Je commence à trouver la journée longue pas mal. Je vois une autre maison qui se nomme Jesus y Maria, je fonde un espoir religieux. J’espère qu’il y aura de la place!

Je trouve finalement une chambre à 35 Cuc, je suis tellement fatigué.

J’écris mon blogue et je regarde le magnifique plafond.

Voici la journée de vélo de fou…

Regardez ma sortie à vélo sur Strava : https://www.strava.com/activities/1338776169/shareable_images/map_based?hl=fr-FR&v=1514983167

Je suis fiévreux et j’ai mal au ventre. J’espère que tout ira pour le mieux demain.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook

Jour 29: Soroa

Voici les premiers rayons de cette nouvelle année qui commence par un bon déjeuner.

Je prends la route vers 8:00, je suis heureux quand je roule à vélo. Je me sens libre, mais je dois être prudent. Voici un panneau qui me le rappelle.

Voici le bilan de la route sur le 5 prochains kilomètres.

  • 13 accidents
  • 1 mort
  • 15 personnes en chaises roulantes.

Toujours rassurant de voir cela. Je profite de la vie…

Aujourd’hui c’est le premier janvier. C’est un jour férié. Les gens se regroupent en famille et font la fête à l’extérieur. Les enfants jouent les uns avec les autres.

Ces jeunes filles voulaient avoir de la gomme, alors j’ai donné un paquet complet.

Voici le centre d’accueil de la Güira, c’est très joli.

Ensuite, je passe par la ville de San Diego de los Baños. J’ai entendu dire que cette ville possédait des sources thermales. Malheureusement, c’était fermé aujourd’hui en raison du congé férié. Néanmoins, j’ai pu voir un petit ruisseau à l’arrière du bâtiment où se dégageait une forte odeur de souffre.

Je commence à avoir faim, mais la plupart des kiosques de nourriture sont fermés aujourd’hui. Je réussis à me trouver des petites bananes, ça fait du bien.

Les gens se souhaitent la bonne année. Les gens me souhaitent la bonne année.

Je retrouve les beaux paysages.

Et que dire de cette petite maison perdue au milieu de nulle part.

Les paysages sont tellement beaux que mes yeux deviennent humides.

Voici maintenant, une association que j’observe tous les jours. Il y a toujours un oiseau blanc avec un gros animal. Cette union permet à l’oiseau de manger des insectes qui sont attirés vers l’animal. Une belle collaboration.

Je trouve enfin un endroit pour manger de la pizza sur mon chemin. Elle est délicieuse. J’étais affamé… J’ai partagé mon trésor avec ce petit chien chétif.

J’achète aussi un sac de chicharrón ça ressemble au goût des oreilles de …bip… de la cabane à sucre. Seulement 5 Cup (25 cents)

Les champs sont très beaux. Est-ce que c’est du blé ou de l’orge? J’ai besoin de votre aide chers lecteurs.

J’arrive enfin à Soroa après un parcours de 110 km.

Regardez ma sortie à vélo sur Strava : https://www.strava.com/activities/1337258100/shareable_images/map_based?hl=fr-FR&v=1514900077

Voici un aperçu de ma belle chambre pour 25 Cuc.

Je tente de négocier le repas du soir, mais ils me demandent 10 Cuc. Je trouve que c’est trop cher. Imaginez quelques secondes, le salaire mensuel d’un cubain est de 20 Cuc. Je mange pour souper des sardines que j’ai achetées il y a deux jours à 1 Cuc. Simplicité volontaire…

J’ai même acheté une pomme à 15 Cup (75 cents) dans la petite ville de Candeleria à quelques kilomètres de la casa. Hier, je mangeais trois assiettes de crème glacée et ce soir je mange des sardines et une pomme 🍎.

Je consomme également une barre maison fabriquée avec des arachides.

Finalement, je suis rassasié!

L’auberge est située en pleine campagne. Impossible de trouver un restaurant ou de manger dans dans rue. Aucune connexion Internet, cela fait du bien. 

Je vais prendre une marche dans ces lieux plongés dans le noir. Je me sens comme un chevreuil qui fixe les autos qui passent dans le noir. Les chiens circulent furtivement. Les vélos surgissent de nulle part. Je suis bien sous cette petite pluie. J’ose imaginer quelle serait ma vie dans cette contrée à manger du riz et de tenter de survivre jour après jour dans ces conditions difficiles.

Je vais très bien dormir cette nuit.

Profitez de votre souper! Il est sûrement délicieux.
David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook