Jour 13: Le chemin impossible…

Je suis présentement à Sopoa au Nicaragua.

Je me lève assez tôt pour aller explorer les rues endormies. Les touristes dorment, mais les Nicaragayens s’activent. La plage est magnifique ce matin.

Je vais faire un tour au marché pour voir de la viande fraîche du jour.

J’aimerais essayer un jour de la viande fraîche. Au Canada, tout est aseptisé et qui peut savoir la provenance de la viande?

Je prends un bon déjeuner au marché.

Je prends la route vers 8h00 du matin. Je décide de prendre une petite route qui longe la mer, mais le chemin est très difficile. Les montées sont omniprésentes.

Au début, la route est belle et pavée. La situation se complique quelques kilomètres plus loin.

Des travailleurs sont entrain de refaire la route. Les grosses roches rendent impossible l’usage de ma bicyclette. Je tombe une fois!

Je me demande vraiment ce que je fais là. Pourquoi je cherche le trouble, j’aurais pu emprunter un chemin plus facile, mais non! J’aime ça le trouble!!!

Quand j’arrive à Playa Ositional, je vois un petit village de pêcheur.

Je continue mon chemin, c’est difficile, mais je vais y arriver!

J’arrive devant un poste de contrôle et je suis dans une zone protégée par des militaires.

Les militaires me disent que je ne peux pas passer, que c’est trop dangereux. Ils disent que le chemin est trop dangereux et je dois rebrousser chemin!!!

Quoi??? Je viens de bûcher pendant 2h30 pour franchir 30km et je dois revenir à mon point de départ. Je tente d’expliquer la situation, mais il n’y a rien à faire…

Je refais le chemin inverse, il faut chaud c’est trop difficile. Après 10 km, je rencontre enfin une camionnette et je demande si je peux embarquer… Merci la vie.

Les bons samaritains me propulsent 20km plus loin…ouf.

Je reviens à la case départ. Je prends le chemin que j’aurais dû prendre au début.

Je dois franchir 16 km avec le vent dans la figure. Je suis épuisé. J’arrive enfin à Las Virgen. Je prends une petite pause pour voir mon petit Derek, mais il n’est pas là.

Je poursuit ma route pour 24 km, la vie est dure. Le vent est encore là mais c’est un peu moins pire. Je passe dans un parc éolien…il vente.

J’arrive enfin près de la frontière du Costa Rica, mais je m’arrête avant dans un petit village nommé Sapoa. Je tente de trouver une chambre, mais il n’y a pas d’hôtel!

Je demande à quelques personnes si je peux dormir chez eux. Après trois tentatives, je trouve enfin refuge chez la soeur de Manuel qui s’appelle Isabel. Je vais passer la nuit dans le magasin général entouré d’articles de fêtes.

Le lieu est vraiment incroyable! C’est à côté du grand lac Nicaragua. Je vois les volcans au loin.

J’en profite pour me baigner dans le lac, c’est très chaud. C’est la source d’eau du village. Le lac alimente également la ville que j’ai visité hier: San Juan del sur. Voici la photo de la maison.

Je suis vraiment chanceux. Je passe du temps avec la famille.

Encore un autre exemple de générosité.

Merci! Demain est un autre jour! J’ai fait 80 km aujourd’hui, j’ai pédalé presque toute la journée.

David Beauchesne

http://www.fast123.ca