Jour 25: Cabañas

Je me promène dans les rues endormies de La Havane ce matin. Je fais la rencontre d’un homme de 68 ans très en forme. Il a déjà travaillé au Canada sur un bateau de pêche. Un sympathique gaillard, je lui donne 1 CUC, car je le voyais fouiller dans les poubelles. Il m’explique que c’est souvent la loi du plus fort à Cuba.

Je déambule dans les rues magnifiques.

Comment trouver le café à Cuba? C’est facile, il faut trouver des gens qui tiennent une petite tasse de café. Pas question de servir le café dans des verres jetables à Cuba. Les tasses sont lavées après chaque utilisation.

J’ai même aperçu la pancarte annonçant la venue prochaine du Bossu de Notre-Dame.

Je déjeune un succulent burger et un petit jus pour 50 cents Cad.

Je prends la route vers 10:00 la circulation est dense pour quitter la ville. J’emprunte une route qui longe la mer par la suite.

J’observe des enfants pratiquer le baseball et le volleyball.

Je mange un autre burger pour dîner, mais ce dernier à un goût plus douteux. La viande est rosée et tirailleuse… J’en laisse la moitié dans mon assiette.

Le paysage est parfois beau et parfois bitumineux.

J’arrive dans un petit village nommé Mariel, j’en profite pour arrêter à la Pochera pour aller voir « el pochero » c’est à dire celui qui répare les pneus. Il me répare deux crevaisons pour 1 Cuc ( 1$ Usd). C’est très économique…

Non! je n’ai pas eu encore des crevaisons depuis la deuxième partie du voyage. C’est simplement des chambres à air qui étaient trouées de l’autre voyage. Au Québec, on ne répare pas, on jette. À Cuba on répare!!! J’adore!!! 

Le paysage commence à changer, les montagnes se pointent à l’horizon.

Je bois un excellent yogourt à 4 Cup ( 20 cents Cad). Il est tellement succulent.

J’arrive enfin à Cabañas un petit village fort sympatique. C’est très petit, j’ai de la chance de me trouver un endroit pour dormir. Je rencontre Carlos qui me dit qu’il a une maison et qu’il loue des chambres. J’ai un petit doute car il attendais l’autobus et qu’il m’a abordé le premier. Habituellement, ces gens sont des rabatteurs qui apportent les touristes dans les chambres à louer et obtiennent une commission de 5 Cuc.

Je demande à Carlos le prix de la chambre avant de me déplacer. Il me dit que c’est 25 CUC. Je lui réponds que je veux payer 20 Cuc. Il me dit pas de problèmes….

Arrivé sur place c’est une situation déjà vue. Le vrai propriétaire de la maison n’est pas trop d’accord avec le prix négocié. Carlos était donc un rabbateur! Il essaie d’avoir sa commission mais la discussion se corce entre les deux. Luis, le vrai proprio, me demande si je veux le petit déjeuner pour 5 Cuc, je lui répond que je préfère manger dans la rue pour presque rien. Il m’offre le repas du soir aussi pour ce prix. J’accepte. Il me demande de payer le 5 Cuc sur le champ, je comprends alors que c’est pour payer la commission à Carlos. Je donne 5 Cuc à Luis, puis ensuite il le donne à Carlos. L’histoire se termine bien…tout le monde aime bien avoir sa part du gâteau.

En parlant de gâteau, il y en a un immense dans l’autre maison juste à côté, car il y a une fête d’enfants.

Voici le parc central. Habituellement il y a une statue dans le centre du parc, mais ici à Cabañas il y a un lampadaire quadruple. Chacun son style!

J’achète des allumettes. J’ai eu de la misère à me faire comprendre.

L’église du village.

La vie de chiens.

J’ai fait 81 km aujourd’hui. 

Regardez ma sortie à vélo sur Strava : https://www.strava.com/activities/1331737637/shareable_images/map_based?hl=fr-FR&v=1514557609

Il fait beau et la vie est belle. Voici mon secret pour ce voyage. Je transforme l’eau en Gatorade avec de la poudre que j’ai achetée au Super C avant de partir pour Cuba. En juillet, je carburais avec 4,5 litres de 7up par jour, car il faisait tellement chaud. Lors de ce voyage je prends minimum un litre de Gatorade,  1,5 litres de 7up et je bois quelques rafraîchissements vendus sur la route.

Il n’y a pas Internet dans le village, n’ayez crainte je suis en vie.

Je prends un bon souper. Du porc, du riz, de la soupe, des patates et des tomates. Cela fait du bien! J’en profite pour nourrir le chien et le chat, ils sont affamés. La vie est difficile. Je pense à Fastou mon chat qui est très bien nourrit à Sherbrooke.

Je passe une belle petite soirée. J’ai sorti mon nouveau masque reçu à noël par mon papa. Il a fait la joie des enfants du quartier.

Une belle soirée avec Luis et sa femme.

Profitons du moment présent.

David Beauchesne

Www.fast123.ca

Pour me suivre sur Facebook