Jour 7: Dernier jour à Cuba et non le moindre…

Voici le lien pour voir mes autres voyages en vélo

C’est le dernier jour à Cuba, je dois me lever tôt afin de franchir les 100 km qui me séparent de l’aéroport. Je pars à 6h09 du matin avant le lever du soleil. Le parc central de Guanabo est désert.

Les premières lueurs du jour apparaissent enfin plusieurs minutes après mon départ.

On peut admirer ici la beauté et la laideur qui se réunissent à chaque matin lorsque cette cheminée d’une centrale électrique fonctionnant au pétrole crache les nuages polluant l’atmosphère cubain.

Le pétrole est loin de pouvoir disparaître sur cette île.

Voici la voiture de deux pêcheurs.

Voici l’usine qui produit de l’électricité à l’aide de pétrole. Celle qui dansait avec le soleil il y a plusieurs kilomètres.

Les paysages sont très beaux ce matin.

Je rencontre un guide cycliste cubain qui va rejoindre des touristes logeant dans un tout inclus. J’ai eu la chance de rouler plusieurs kilomètres avec ce quinquagénaire très en forme!

Je peux aussi observer la vétusté du système de transport public. Le camion jaune est ce que l’on surnomme ici la «Wawa», c’est-à-dire l’autobus qui permet de franchir de courtes distances entre les petits villages cubains.

Je m’approche de plus en plus de mon objectif du jour soit 20 km de plus que Matanzas!

Le vent est dans ma figure, ça devient plus difficile que ce matin…

Je décide de me départir de certaines choses pour donner à ceux qui en ont le plus de besoin. Je repère un petit village sur le bord de la route et j’y dépose presque tous les vêtements que je possède.

Lien pour utiliser Fast Calendar

Après quelques temps, je dis à une dame que c’est pour donner et de partager avec les familles autour. Quelques secondes plus tard toutes ces choses avaient été prises par trois femmes. Il ne restait qu’une chose qui flottait au vent et cela m’a fait bien rire! Mon chandail Fast123 était resté accroché à ce kiosque improvisé!!!

Après avoir roulé 50 kilomètres, j’avais un peu de temps devant moi car mon vol est seulement à 21h. Je décide alors d’aller voir un Campismo cubain, c’est un genre de camping spécial pour les cubains uniquement. On y retrouve de modestes habitations comme ceci:

Avant d’arriver à ce lieu spécial j’ai emprunté un chemin impossible!!! J’aime me mettre dans des situations périlleuses. La route était tellement étroite que je me faisais attaquer par la végétation piquante.

Ces fleurs jaunes vont me hanter encore quelques jours, c’était comme du barbelé naturel…

Au bout de chemin j’ai abouti au sommet d’une falaise avec une magnifique vue sur l’océan. J’étais seul au monde!

J’ai décidé de descendre cette falaise avec mon vélo par un escalier douteux et dangereux!

La vue au pied de la falaise est magnifique.

Voici un petit vidéo

J’ai vraiment de la difficulté à déplacer mon vélo sur cette roche hostile. Je vois un chemin à une centaine de mètres! Je suis sauvé! Il y a des puits de pétrole en opération dans cette région.

Des immenses oléoducs défigurent les montagnes.

J’arrive enfin au chemin sur le bord de la mer.

Je prends quelques minutes pour déguster mon deuxième sandwich au jambon de la journée! Heureusement que j’en avais apporté trois!

Je poursuis ma route sur ce drôle de chemin et j’arrive enfin au fameux Campismo dont je vous parlais tantôt. La piscine n’est pas très fonctionnelle, mais offre sûrement une vue imprenable sur l’océan!!!

Je poursuis ma route après avoir vu cette piscine surprenante et je découvre un endroit vraiment très joli.

Je rencontre deux sympathiques cubains qui attendent que le groupe de touristes qu’ils ont accompagnés finissent de faire une activité de plongée.

Les paysages sont très beaux ici à Puerto Escondido.

   

Je dois maintenant dire adieu à ces lieux merveilleux car il me reste encore 50 km à franchir avant d’arriver à l’aéroport.

J’arrive enfin au mirador qui me permet d’observer le pont le plus haut de Cuba, le pont de Bacunayagua. Ce dernier culmine à une hauteur de 112 mètres au-dessus de la vallée de Yumuri.

Le lieu est bondé de touristes qui boivent des Piña colada dans des ananas. J’ai la chance de pouvoir en déguster un gratuitement. Celui-ci trainait sur une table abandonnée par les touristes.

Je suis maintenant rendu à 8 km de Matanzas.

Matanzas est une très belle ville coloniale. 

Si vous allez un jour à Varadero je vous conseille fortement d’aller voir Matanzas. Cette magnifique ville est située à 40 km de Varadero.

J’observe cette petite fille dans les quartiers plus simple. J’ai intitulé cette photo: La vie en rose.

Un arbre impressionnant.

En voilà un autre!

Matanzas est appelée aussi Ciudad de los puentes (La ville des ponts). En voici un. Vous pourrez l’apercevoir avec une crème glacée vendue à 3 CUP par boule. J’ai donc payé 9 CUP (0,54$) pour ce merveilleux dessert.

J’ai dû prendre ma fourchette que j’avais dans mon sac pour déguster mon dessert car la dame du kiosque ne donne pas de cuillère: ce qui est très écologique! Les gens achètent des biscuits à 1 CUP (0,06$) et s’en servent comme cuillères. J’ai vu plusieurs personnes jeter ce biscuit dans la rivière après avoir mangé toute la crème glacée. Voici les biscuits en question:

Il y avait de drôles de sculptures sur le bord de la petite rivière.

Je dois maintenant partir de Matanzas pour franchir les derniers 21 km avant d’arriver à l’aéroport.

Un trajet d’une durée de 22 minutes en automobile mais qui est beaucoup plus long en vélo en raison du fort vent. Je commence à avoir des douleurs aux jambes. Mon vieux corps commence à avoir hâte d’arriver…

Je vois une belle représentation de Che Guevara en pierre.

Dernière observation d’une joute de baseball.

J’arrive presque…

J’ai franchi plus de 100 km aujourd’hui!

Voici un petit film, j’arrive à l’aéroport à la tombée du jour…

Je rencontre Fernando un gentil cubain qui travaille dans un kiosque en dehors de l’aéroport. Il m’aide à trouver une boîte pour mettre mon vélo.

Je rassemble mes 4 kg de bagages restants. Je vais m’enregistrer pour mon vol.

La dernière journée a été intense: 110 km en 6 heures et 30 minutes.

Le voyage a été merveilleux, je suis arrivé sain et sauf de ce périple. Un petit 310 km pendant les vacances de Noël.

Je vous remercie de m’avoir suivi lors de ce voyage. Vos commentaires m’encouragent à continuer à écrire.

Quelle sera ma prochaine destination?

Je vous souhaite une belle et heureuse année 2020!

David

www.Fast123.ca

Voici le lien pour voir mes autres voyages en vélo

Fast123 en vélo